//Congo: Succès et incertitudes des élèves devant les pillards Bouya, Ondongo, Djombo , Kiki…

Congo: Succès et incertitudes des élèves devant les pillards Bouya, Ondongo, Djombo , Kiki…

Progressivement, les élèves évoluant dans différents cycles de l’enseignement général sont entrain d’être fixés sur leur résultats. Ces résultats sont jugés par plus d’une personne satisfaisants et de qualité comparativement aux années précédentes. Malheureusement, l’avenir des lauréats est incertain face aux dirigeants qui ne font pas de suivi et qui sont sourds aux cris des étudiants, des retraités et des sportifs qui ne perçoivent pas leurs émoluments tels que nous le voyons au quotidien .

Notre enquête dans le secteur de l’enseignement révèle que, nonobstant les conditions difficiles dans lesquels les élèves évoluent mais les résultats annuels scolaires satisfont plus d’une personne. Cette année ci, sur 73 054 candidats présentés, 22 240 ont été déclarés admis (soit un taux de réussite de 30,44 %, en légère hausse de 2, 48%  par rapport à l’année 2018. Pour la première fois depuis l’indépendance acquise en 1960, il y a eu un seul admis avec Mention Très Bien (donc au-delà de 16 de moyenne sur 20) ;  en 2019, il y en a eu trois, parmi lesquels deux élèves des classes renforcées du Lycée Victor Augagneur de Pointe-Noire (qui ont passé à la fois le Bac congolais et  le Bac français, et qui ont eu plus de 16 de moyenne sur 20 au Bac français ) !

En 2018, il y a eu 28 Mentions Bien (donc une moyenne comprise entre 14 et 16) ; en 2019,il y en a eu 125. L’année dernière, 1000 élèves ont obtenu la Mention Assez Bien (moyenne comprise entre 12 et 14) ; en 2019, ce résultat est passé presque du simple au triple, avec exactement 2.7OO «  AB ».

Le département de la Likouala, malgré l’enclavement et tous les maux qu’il connaît a fait un bon en se classant 8e  devant le Pool 9e, Pointe-Noire 10e, le Kouilou 11e et la Lékoumou 12e, juste à côté de Brazzaville la capitale( 7e)  et la Sangha qui a arraché la palme d’or avec un taux d’admission de 42%.

Des résultats qui reflètent la détermination de tous 

En termes d’innovations, le  ministère de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, a étouffé dans l’œuf les tentatives de fraude qui ont failli se commettre pendant le déroulement des épreuves. Il a introduit l’usage des caméras de surveillance pour aider les surveillants de fois  inattentifs et décourager les adeptes de la triche.

Ensuite, il a mis en place un mécanisme  qui garantit la sécurité, la crédibilité et la rapidité du traitement des résultats, de sorte que la correction se fait en même temps que le traitement  informatique. Ce qui revient à dire que le travail qui se faisait en un mois est réduit à 12 ou 14 jours maximum. Parce que, les correcteurs, pour être  sûrs de ce que la note qu’ils auront donnée à l’enfant est celle qui est reproduite à l’informatique, se chargent eux-mêmes, sur la base des tablettes, de reporter la note !

Certes, ces innovations ont contribué à soigner l’image du Bac général 2019. Mais, le Ministre Anatole Collinet Makosso, a été humble à reconnaître l’implication de tous, à savoir : les encadreurs ou enseignent, les inspecteurs qui ont renforcé les équipes pédagogiques, les parents d’élèves (dans le cadre du Partenariat public-privé / PPP, malgré la conjoncture) et les syndicats.  Bref, tous ont été soucieux d’une année scolaire 2018-2019 apaisée.

Le plus dur est à venir

Malgré deux années déclarées successives de l’enseignement au Congo suivis de décaissements des centaines de milliards des francs cfa il y a cinq ans de cela, les salles de classes et nouvelles écoles n’ont pratiquement pas été construite; le programme des tables bancs annoncé par le gouvernement Sassou pour permettre les enfants d’étudier dans des bonnes conditions tarde à se réaliser convenablement à cause de l’équipe Hellot Mampouya qui ne rend compte à personne jusqu’à ce jour sur les fonds qui lui était allouée. Les écoles se construisent pendant la saison sèche mais selon nos investigations, rien n’est fait depuis la fin de l’année scolaire 2018 -2019. La conséquence immédiate, plusieurs enfants ne suivront pas normalement les cours comme ceux de Mafouta, kibina etc.

Quand aux nouveaux étudiants, leur avenir semble être hypothéqué. Il n’ y a qu’à voir les spectacles  désolant qu’offrent les enseignants tricheurs  de l’université Marien Ngouabi et  les chancelleries congolaises qui sont pris d’assauts par des jeunes qui ne perçoivent pas des bourses depuis plus de trente mois. Les sportifs qui ramènent des trophées au Congo  et les retraités peinent à percevoir leurs émoluments car les caisses de l’Etat sont vides tandis que celles de Jean Jacques Bouya, Denis Christel Sassou Nguesso, Gilbert Ondongo, Henri Djombo et autre sont garnies par des millions voir milliards d’euros. Quelle méchanceté !

Le consortium de 300 journalistes d’investigations, les enquêtes des organisations non gouvernementales de lutte contre la corruption etc., accusent les sinistres Djombo Henri, Bouya Jean Jacques, Gilbert Ondongo, Denis Christel Sassou Nguesso et autres de détournements des deniers publics et de planquer de l’argent dans les paradis fiscaux. Ces  derniers refusent jusqu’à ce jour de rapatrier ne fusse qu’un dixième de l’argent volé pour soulager la souffrance de peuple congolais

L’Etat est déficitaire par la faute des dirigeants

C’est un secret de polichinel, l’Etat congolais ne décaisse plus d’argent sauf pour des dépenses de prestiges, les voyages de Sassou Nguesso et des missions bidon de tierces qui n’apportent rien au Congo. Pire, le pouvoir veut appauvrir les citoyens en leur imposant des taxes farfelues à défaut de susciter indirectement des émeutes par des mesures impopulaires comme celles de Pierre Mabiala soutenues par Sassou Nguesso. Témoins, les différentes expropriations programmées çà et là  alors que les dignitaires de Brazzaville qui ont squatté toute la zone de Mpila et autres  ne sont pas  inquiétés. Aujourd’hui, Pointe Noire est en effervescence avec l’expropriation du colonel Issambo sur l’avenue Stanislas Batchi qui fait couler beaucoup de salive…..

Ghys Fortune BEMBA DOMBE